Levons nos crayons pour écrire notre musique,

Avec la pandémie, chacun y va de son avis, crie au scandale, s’insurge, calme son voisin, écoute les conférences, les rediffusions des questions aux ministres….chacun a son avis et c’est bien normal de se positionner sur notre vie en société, sur ce que nous voulons ou pas pour nos minis…avoir son avis, son opinion est humain, cela devient plus difficile à considérer lorsque l’attitude est teintée de peurs, de jugements gratuits, de raccourcis faciles. Si ces méthodes sont typiquement, et malheureusement, humaines il n’en demeure pas moins qu’au vue des distorsions, des doigts pointés, nous sortons de notre local pour prendre la défense d’un métier avant tout.

Depuis la pandémie, nous avons été assailli d’articles, voguant aux rythmes des suggestions, des conspirations, se contredisants d’un jour à l’autre pour faire face aux nouvelles du jour….et à travers tout ça des humains, certains en devenir et des minis humains qui devaient gérer leurs émotions, leurs inquiétudes, leur impatience, leur pessimisme ou leur optimisme…. Depuis la pandémie des professions ont été acclamées, d’autres négligées, certaines mises sur pause… Ce contexte nous le connaissons tous, si aujourd’hui nous sortons nos crayons, nos couleurs c’est pour venir en aide à notre profession.

Toi éducatrice ET éducateur (bien trop souvent oublié), toi qui travaille avec des minis te souviens tu de ce qui t’anime? Te souviens tu des motivations qui te lèvent le matin? Sais tu que ton collègue porte sans doute la même passion, celle là même qui a taché son tee shirt après avoir donné à manger à bébé Adrien? Sais tu que trouver une activité en temps de pandémie révèle ta créativité mais aussi celle de tes collègues? Sais tu qu’accueillir un mini jugé « à risque de contamination élevée » force la passion, l’attention et l’adaptation? Sais tu qu’Émilie à été tellement soulagée de voir dans les yeux de son éducateur un sourire caché derrière son masque? Sais tu que cet éducateur cela aurait pu être toi?

Chers éducateurs (puisque le masculin l’emporte) votre mission est celle de s’occuper d’enfants et de leurs familles, et le milieu pour lequel vous travaillez ne devrait pas entrer en ligne de compte….l’expérience, le diplôme, l’histoire de vie, l’attitude, les motivations construisent le professionnel que vous êtes. Vos choix d’interventions, d’approche, de communication vous appartiennent et reste votre propre choix. Vous avez votre mot à dire pour défendre votre profession. Il s’agit de ne pas confondre entre le professionnel et le milieu qui le reçoit.

Nous avons la prétention d’offrir un milieu stable et respectueux pour nos minis, les familles ET notre équipe. Nous portons la croyance que ce qui constitue le milieu c’est entre autre l’équipe (direction comprise). Alors cher collègue si tu penses qu’un CPE est meilleur qu’une garderie privée, qu’un milieu familial est une arnaque au métier,….très cher collègue nous t’encourageons à rencontrer ton métier, à croire aux capacités humaines et professionnelles de tes collègues tous milieux confondus….nous espérons que ton cœur de professionnel pourra se soigner avec cette main tendue.

S’insurger contre la maltraitante, l’irrespect, le manque de vision,….fait partie de notre mandat, notre responsabilité de professionnel. Mais se révolter contre une institution qui a pour seul défaut d’être un CPE, une garderie privée non subventionnée, un milieu familial, une garderie privée subventionnée….risque de te faire perdre la note.

Il serait réducteur de taire l’implication de la direction, chers amis gestionnaires, directeurs, propriétaires…peu importe le titre que vous vous offrez, votre équipe ne vaut pas moins que celle de votre voisin, votre équipe mérite autant de respect que la garderie en face de vous. Votre équipe est le diamant de votre espace de vie, votre entreprise, votre famille….(professionnelle). Nous invitons alors les équipes à s’encourager et s’appuyer sur les différences pour grandir ensemble.

Pour toi qui ne veut pas entrer dans la danse, laisse tes collègues taper des mains aux rythmes de l’enfance et construire les mélodies de demain.

Levons nos crayons à notre profession.