Tout le monde est différent, c’est un fait et heureusement, on ne peut rien y changer. Aussi, la réaction que l’on peut avoir à l’égard de la différence est propre à chacun. Toutefois, l’apparition de certains comportements nuisibles ne sont pas souhaités et il est possible d’éviter ce problème, dès le plus jeune âge. En effet, plusieurs solutions peuvent favoriser l’adaptation et la compréhension d’un individu face à la disparité.

Tout d’abord, afin qu’un enfant s’habitue à une variété de personnes, il est possible de raconter des histoires comportant des personnages divers qui permettront au jeune de concevoir que l’humain ne répond pas à un unique modèle et qu’il puisse s’identifier plus facilement à des héros de conte. Ensuite, pour favoriser l’ouverture d’esprit dès le plus jeune âge, il faut sortir à l’extérieur. Lors de sorties comme aller jouer au parc, faire l’épicerie ou tout simplement se balader, l’enfant pourra observer un monde rempli de maintes nationalités, cultures et familles. Cependant, il est nécessaire de comprendre que l’enfant est spontanément porté à se diriger vers ses pairs qui lui ressemblent, il ne se rend pas immédiatement compte de la différence. Il faut donc favoriser ces échanges qui permettront aux plus petits de normaliser la différence et d’être davantage à l’aise avec celle-ci afin que cela devienne totalement naturel.

Malgré toutes ces habitudes, il se peut que ceux-ci remarquent et soulignent une caractéristique distincte d’un autre individu. Il ne faut surtout pas culpabiliser l’enfant mais plutôt essayer de le comprendre et de lui poser des questions afin de mieux cerner son jugement. Après quoi, il est important que ce dernier mesure les conséquences que ce jugement peut avoir sur l’autre personne et de lui nommer des émotions que l’autre peut ressentir comme de la tristesse ou de la colère. Si le jeune rencontre un individu handicapé, il faut lui faire part de la simple vérité et énumérer des faits tels que le diagnostic et les besoins particuliers que nécessitent celui-ci. De surcroît, il serait favorable d’inviter l’enfant à se concentrer sur le positif de la personne et de souligner ses qualités qui pourraient rejoindre facilement les deux.

Finalement, il faut se souvenir que les parents seront et resteront un modèle pour leurs progénitures. Si l’adulte possède un jugement à l’égard d’un autre individu, l’enfant agira de la même façon et reproduira les mêmes comportements négatifs. La différence se voit dans les yeux des adultes, jamais dans ceux des enfants.

En collaboration avec Laury Boisvert, bachelière en psychoéducation et coach familial www.lalanterne-coaching.com